interprétation des rêves

 

Mon site s’ouvre avec un rêve qu’une rêveuse reçut en 1992, voici quinze ans. La rêveuse, qui s’intéressait aux rêves, faisait preuve, d’un côté, d’ouverture d’esprit à l’égard du monde intérieur et de l’autre se montrait très hésitante, voire récalcitrante. Un rêve vint alors l’encourager à une recherche persévérante, en lui en lui dévoilant la perspective de l’avenir.

Et il sera reconnu !

 

Dans son rêve la rêveuse assiste à une conférence sur la santé ou plutôt, le sujet de la conférence est intitulé : Comment soigner les maladies de la société moderne et en particulier le sida.

Notre rêveuse écoute la conférence et tout d’un coup une voix prend la parole et dit :

- Dans un avenir assez proche, - et la rêveuse dans son rêve sait qu’il s’agit d’une période de vingt à trente ans, - dans un avenir assez proche, dit la voix, le rêve sera une très bonne thérapie pour soigner les maladies de la société moderne.

La voix prend une pause et ajoute :

- Il sera même une excellente thérapie.

Et là, la voix s’élève et proclame avec force :

 - Et il sera reconnu ! »

 

 

Ce rêve prémonitoire annonce la réalisation à laquelle nous sommes, pour les uns, en train d’assister, pour les autres, en train de participer, et d’œuvrer.

Le Rêve Thérapeute

Voici maintenant un exemple actuel de la façon dont le rêve exerce sa fonction thérapeutique. Le rêve suivant pose un diagnostic et indique le moyen de guérir.

Le rêve peut prévenir d’une maladie qui menace.

A l’aide d’un exemple tout à fait banal, d’un rêve qui peut sembler absurde, nous allons vérifier ce que Jung lui-même a constaté et souligné :

 

« Les rêves peuvent quelquefois annoncer certaines situations bien avant qu’elles ne se produisent. Ce n’est pas nécessairement un miracle, ou une prophétie. Beaucoup de crises dans notre vie ont une longue histoire inconsciente. Nous nous acheminons vers elle pas à pas, sans nous rendre compte du danger qui s’accumule. Mais ce qui échappe à notre conscience est souvent perçu par l’inconscient qui peut nous transmettre l’information au moyen du rêve. »

 

 

Voyons maintenant un exemple qui montre que le rêve, bien avant que le conscient ne le constate, est au courant d’une maladie qui menace. Il vient indiquer le danger au rêveur et la façon de l’éviter. Ce rêve a été reçu par une jeune femme mariée, mère de deux enfants en bas âge. Elle est très douce, très tendre et aimante, elle cherche à entretenir et garder une atmosphère paisible et sans conflits dans sa vie quotidienne. Elle se montre infiniment patiente et compréhensive, serviable et disponible, elle est un amour. Voici le rêve

Le T-shirt rouge

 

Je me trouve avec Laurent et je lui dis que je cherche à porter du rose, je cherche un T-shirt rose. Il me répond : « - Ah non ! Ce n’est pas du rose que tu dois mettre, c’est du rouge. » Et comme je ne suis pas du tout d’accord avec lui, je m’écrie : « - Du rouge ? Quelle horreur ! Non, je n’en porterai pas ! » A ce moment là, la terre commence à trembler, et c’est le tremblement de terre. Je vois des nuages menaçants qui s’amoncellent, le ciel devient tout noir. Je sors, je cours dehors et je vois que les immeubles commencent à s’écrouler ; c’est la vraie catastrophe.

 

 

Je vais vous donner un exemple d’interprétation pour vous faire comprendre ce rêve. Pour cela, je vais vous fournir ce que la rêveuse a dit elle-même au sujet de ses images. Je vais poursuivre une analyse très précise et détaillée.

 

Laurent

C’est un copain qui a déjà beaucoup vécu et qui fait preuve d’une grande sagesse. Il représente la sagesse intérieure de la rêveuse et va exposer dans le rêve le point de vue de la sagesse.

 

Le T-shirt

Il y aurait beaucoup à dire sur ce vêtement au niveau symbolique. Nous en parlerons succinctement : Le T-shirt se porte sur le haut du corps : la poitrine, le cœur, les poumons, le ventre. Il recouvre la poitrine, désigne donc l’érotisme et la maternité - il recouvre le cœur, et concerne l’affection, les sentiments. - avec les poumons, il s’agit de l’air qu’on respire, des idées qui sous-tendent nos choix et nos actions. - enfin l’estomac et le ventre. Avec cette partie du corps le rêve parle de nos émotions et de la façon dont nous digérons, assimilons toutes les expériences que la vie nous présente. Avec ce T-shirt, le rêve parle donc de la façon de la jeune femme se comporte dans la vie quotidienne au niveau de ses sentiments, quand elle est dans l’érotisme avec son mari ou tient son rôle maternel avec ses enfants, il parle de ses idées et de ses idéaux du style : « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil »; avec le ventre, il s’agit aussi de la façon de la rêveuse assimile ses expériences, comment elle construit sa vie à partir de ses expériences.

 

Elle veut mettre du rose

C’est la couleur de l’amour, de la tendresse, de la douceur. Ainsi, la jeune femme veut donner et faire régner partout cette grande tendresse qu’elle éprouve pour les autres, cette douce qualité d’amour et de don de soi, elle veut se montrer gentille. Dans sa vie quotidienne, elle fait preuve d’empressement, témoigne de la sympathie aux autres, elle cherche à leur éviter les désagréments, évite de les contrarier, fait preuve de délicatesse et de complaisance. Mais celui qui est sage en elle s’insurge et conseille le rouge.

 

Le rouge

C’est la couleur du sang, de l’instinct, de l’émotion forte, de la force, de la colère, de la passion, du danger et aussi de la blessure. C’est aussi la couleur du feu rouge qui parque le stop.

 

Que veut dire le rêve ?

Il conseille à notre rêveuse de changer d’attitude devant la vie, de modifier la qualité de ses sentiments idéaux et de se montrer plus instinctive, d’accepter de ressentir des sentiments et des émotions plus violentes.

 

Le rose est la couleur de la petite fille ignorante de la vie qui vit dans l’illusion et la mièvrerie et croit qu’avec de la gentillesse on parvient toujours à faire régner la paix.

 

Le rouge est la couleur de la femme instinctive et battante, capable d’exprimer sa colère, son émotion, sa passion, capable de se battre pour défendre son point de vue au lieu de se montrer trop tolérante et conciliante.

 

Selon le rêve, il conviendrait à la jeune femme de se montrer plus dure, de se montrer ferme, cassante, sévère, exigeante, sans concession. Il lui faudrait exprimer sa colère pour marquer aux autres les limites, leur dire stop, leur signifier d’arrêter au lieu de supporter leur abus. Il lui faudrait vivre plus intensément, avec de la passion. Mais la jeune femme refuse catégoriquement : Le rouge ? Quelle horreur ! Non ! dit-elle, je n’en porterai jamais. Elle tient à garder son idéal de douceur de gentillesse, de patience.

 

Que se passe-t-il à ce moment là ?

C’est le tremblement de terre, les immeubles s’écroulent, le ciel devient tout noir, c’est la catastrophe.

 

Les immeubles

Ils désignent les constructions dans la ville, parlent de la vie dans une société civilisée ; ils représentent ici la vie de la rêveuse au sein de la société.

Le ciel représente le monde de la pensée.

Le noir est la couleur de la mort, de l’obscurité. Le ciel noir annonce des tempêtes dévastatrices Il indique une situation dans laquelle les pensées sont tourmentées, on n’y comprend plus rien, on n’y voit plus rien et des idées mortifères rôdent, la dépression s’installe avec des idées de suicide. Et la jeune femme a déjà vécu des épisodes de ce genre.

 

En conclusion, que dit le rêve ?

Si la rêveuse refuse de changer de comportement, elle va tout droit à la dépression, elle sera tourmentée d’idées noires, destructrices, et toute sa vie familiale et sociale s’écroulera.

 

Le rêve a secoué cette jeune femme et lui a fait comprendre combien son comportement était dangereux. Il attire son attention sur les conséquences néfastes que son comportement entraîne, alors qu’elle n’en a aucune conscience.

La jeune femme a accepté alors progressivement de vivre des affrontements, des conflits, de savoir dire non, de se montrer plus exigeante et plus dure. Elle est devenue plus forte et s’est sentie en meilleure forme, plus heureuse de vivre parce qu’elle était respectée et avait sa place, prenait le droit de penser à elle au lieu de croire qu’elle devait tout supporter pour assurer la paix dans son entourage.

 

Le rêve a exercé un effet salutaire.

 

Ce rêve vient aider la rêveuse à corriger un comportement destructeur, comme nous l’avons vu déjà précédemment, il pose le diagnostic, il montre le mal, le T-shirt rose, il indique le traitement, le T-shirt rouge, il montre les conséquences du refus du traitement, la dépression et la catastrophe. Ainsi, avec des images très simples, le rêve vient au secours de la rêveuse et exerce sa fonction thérapeutique. Nous en arrivons à la conclusion soulignée dans cette citation de Jung :

 

Pour sauvegarder la stabilité mentale et même la santé physiologique, il faut que la conscience et l’inconscient soient intégralement reliés, afin d’évoluer parallèlement.

 

 Et ce qui permet ce lien entre le conscient et l’inconscient, c’est le rêve et son interprétation.

 

« Nul n’est guéri s’il na retrouvé une position religieuse »

Cette parole de Carl Gustav Jung ne doit pas être mal comprise. Par position religieuse, Jung ne désigne pas un attachement à un culte extérieur, à une religion instituée, quel que soit son nom.

Comme le disaient les anciens dans l’Antiquité et comme le montre l’expérience avec les rêves, l’âme possède naturellement une fonction religieuse. L’âme produit des images de la divinité. Ces images décrivent des facteurs inconnaissables en soi et elles invitent à leur contemplation, à leur prise de conscience. Chaque être possède ainsi en lui même une relation personnelle avec la force divine qui l’habite, mais il en a souvent perdu le contact et n’en fait pas ou ne veut pas en faire l’expérience. Comme le montre encore l’expérience avec les rêves, les rêves rétablissent cette relation intérieure naturelle, ils sont à la base de l’expérience religieuse naturelle, personnelle, autonome. « Celui qui ne sait pas cela par expérience personnelle n’a pas la moindre idée de ce qu’est la religion et encore moins de ce qu’est l’éducation des hommes. » (C G Jung).

Cette « position religieuse » à laquelle les rêves conduisent, est une position de contemplation intérieure, qui met en relation avec la divinité. Elle redonne à l’être humain sa dignité, celle de se connaître comme un être sacré, elle rend à l’âme sa dignité, « la dignité d’une entité à laquelle il est donné d’être consciente d’une relation avec la divinité ». (C . G. Jung).

 

Voici maintenant un petit rêve insignifiant, qui ne présente apparemment aucun intérêt particulier.

L’horloger

L’horloger est celui qui fabrique, entretient, répare, vend des instruments qui disent, montrent l’heure, qui indiquent le temps. Horloger en allemand se dit Uhrmacher, qu’on pourrait traduire littéralement par celui qui fait l’heure. En allemand, l’heure, la montre, la pendule ou l’horloge sont désignées par le même mot.

Pour bien comprendre le symbolisme de l’horloger, il convient tout d’abord d’examiner le symbolisme de l’instrument qu’il fabrique, l’horloge, la montre, ou la pendule. J’emploierai ici le mot horloge qui semble le plus ancien.

Le mot horloge veut dire « qui dit l’heure ». Cet instrument permet à tout un chacun de vivre en suivant le rythme cosmique, le temps fixé par l’alternance des jours et des nuits. Elle marque le temps qui passe, du début du jour à la fin de la nuit, de la naissance à la mort.

Par ailleurs, suivre ce rythme règle la vie des humains et rend possible, facilite la coordination de leurs activités.

L’horloge marque le temps par l’alternance de son mouvement, le tic tac incessant. Ce battement entraîne l’association avec les battements du cœur, la diastole et la systole, et avec le rythme respiratoire de l’inspir et de l’expir, de l’inspiration et de l’expiration, qui marquent eux aussi la vie humaine.

Le fabriquant de l’horloge, l’horloger apparaît alors dans toutes ses implications et son symbolisme prend une dimension universelle. L’horloger est le créateur et le maître du cosmos et du temps, de l’homme, de la vie et de la mort. L’horloger de vos rêves pourrait bien désigner celui que Voltaire, comme les grands esprits du XVIIIème siècle, le siècle des Lumières, appelait « le divin horloger ».

 

Voici le rêve d’Elsa. Elle vient me consulter pour un tout petit rêve, qui cependant l’intrigue beaucoup et lui laisse une impression profonde.

 

Rêve : Que devient le fils de l’horloger ?

 

Je me trouve à côté d’un homme qui a l’air un peu paumé. Il a sur la tête un chapeau un peu sans forme, un bob, comme les jeunes aujourd’hui en portent en été. Il engage la conversation avec une femme que je ne vois pas et ils se demandent mutuellement des nouvelles. Puis l’homme parle d’une tierce personne, que la femme ne semble pas connaître, et l’homme lui rappelle : « Vous savez, c’est le fils de l’horloger ».

 

 

Elsa s’est réveillée tout d’un coup, interloquée.

 

Interprétation

 

Un homme

Dans les rêves de la femme, l’homme représente la façon dont elle se manifeste dans la vie extérieure, selon ses pensées et ses conceptions du monde ; l’homme du rêve décrit la façon dont elle agit, organise ses activités et construit sa vie.

Il est un peu paumé

Cet homme est ici un peu perdu, égaré. L’image invite donc la rêveuse à prendre conscience qu’elle n’arrive pas à se situer tout à fait correctement dans la vie et ne sait pas bien où elle en est. Le rêve en indique la raison :

Cet homme a un chapeau, un bob sur la tête

Le chapeau symbolise le style des pensées qui sont dans la tête. Le bob est une coiffure de toile souple que portent les jeunes pour se protéger du soleil ou être à la mode. Il s’agit donc d’une façon de voir qui se cherche à se protéger d’un intellectualisme desséchant ; mais ces conceptions à la mode sont jeunes, pas très évoluées, un peu légères, elles manquent d’une certaine maturité. Elles ne sont valables qu’avec le beau temps, dans des conditions de vie facile. Elles ne servent à rien quand les conditions de vie sont pénibles, douloureuses, quand pleuvent les soucis et les contrariétés. Ces conceptions, à la mode actuellement, n’offrent aucune protection le jour où la vie se montre dans son aspect sombre et tourmenté, quand il faut traverser l’épreuve.

L’homme et la femme se demandent des nouvelles

La femme représente une certaine réceptivité, une qualité d’intuition, de sentiment, une façon de vivre en écoutant son monde intérieur, en épousant l’esprit qui est en soi. Mais Elsa n’a pas conscience de cette vie intérieure, puisqu’elle ne connaît pas cette femme. Cet échange entre l’homme et la femme indique qu’au niveau intérieur une activité se met en route pour coordonner, équilibrer les opposés, le masculin et le féminin chez la rêveuse.

Ils se demandent des nouvelles La rêveuse est en quête de changement. Que se passe-t-il de nouveau en elle, que deviennent des gens, des potentiels, des facettes d’elle même qui ont joué un rôle dans sa vie autrefois, et qu’elle a perdus de vue ?

 

Comme le chante la complainte du poète au Moyen Age :

 

« Que sont mi ami devenu

Que j’avoie si près tenu

Et tant amé ? »

 

Que sont mes amis devenus

Que de mon cœur j’ai si près tenus

Et tant aimés ?

 

Que sont devenus les amis d’Elsa, dans sa vie intérieure ? Aurait-elle eu un ami ?

Une tierce personne que la femme est censée connaître

Il est alors question d’une personne que la femme devrait connaître, mais qui lui est sortie de la mémoire, de l’esprit. Celui qui est paumé évoque cette personne, quand il est question de nouvelles, de nouveauté, de changement. L’image indique alors que du côté d’une ancienne connaissance, il y aurait du changement.

« Vous savez, c’est le fils de l’horloger »

Elsa trouve tout de suite le sens de l’horloger, pour elle, le rêve lui parle du créateur, du divin. Le fils de l’horloger ne peut désigner alors, pour la rêveuse, que le Christ lui même. La femme, une facette réceptive d’Elsa est censée connaître le Christ, mais elle l’a oublié, et l’homme vient lui rappeler son existence. Par là, par ce fils, du nouveau, du changement pourra advenir.

 

Ce rêve tout simple, ces images quelconques, prosaïques, quotidiennes, renferment en fait un message vital. La rêveuse n’a plus conscience de la manière dont la divinité se manifeste dans le monde, dans son âme, elle n’a plus conscience de son lien personnel avec la divinité, représentée par l’image du Christ, le Christ à l’intérieur d’elle. Elle a même oublié qu’elle le connaissait. Mais le rêve vient lui rappeler qu’il existe toujours, qu’il est présent dans son âme. Qu’est-il devenu ? Il est temps pour elle de se le demander.

Mais pourquoi le rêve choisit-il l’expression « le fils de l’horloger ?» Il aurait pu dire le fils de la vierge, ou le fils de la servante, ou le fils de l’homme. L’horloger est lié à la notion du temps. Le rêve suggère ainsi que le temps passe, et qu’il est temps maintenant pour Elsa de reprendre contact avec la force intérieure qui l’habite, sous le visage du Christ, et qui n’a pas pris sa place dans sa vie, alors que c’est le destin de son âme.

 

C’est avec un rêve comme celui ci que l’on comprend toute la vérité de cette parole antique :

« Anima naturaliter christiana » : « L’âme est naturellement chrétienne ».

L’âme occidentale est marquée par l’image du Christ, elle en est empreinte, elle porte en elle cette empreinte, ce type, ou ce que Jung a aussi appelé l’archétype. L’occidental, qu’il le veuille ou non, porte en lui, dans son inconscient, une image de la divinité qui se présente sous la forme du Christ. C’est là un fait qu’on constate empiriquement dans les rêves. Ce n’est pas une idée, une théorie ou un dogme. C’est un fait objectif.

Ce qui existe au delà de l’image, ce dont l’image n’est que le reflet, nul ne le sait, nul ne peut le dire. La seule chose dont on puisse parler, c’est de l’image qui apparaît dans les rêves, ou dans les visions éveillées. On ne peut rien dire de la divinité en soi. On peut seulement parler de l’image avec laquelle elle apparaît dans l’âme.

La rêveuse avec ce rêve se voit rappeler la réalité de l’image du Christ dans son âme, et le temps est venu pour elle de s’interroger sur le sens de cette image, le sens de la présence du Christ, de la manifestation, de l’incarnation de la divinité dans sa vie à elle. Cette recherche l’amènera à approfondir ses conceptions de la vie et à changer de chapeau. Alors elle ne sera plus « paumée ». Elle aura retrouvé sa dignité et son sens, celui d’ « une entité à laquelle il est donné d’être consciente d’être en relation avec la divinité ».

 

 

La Liste des Interprètes

Contacter Christiane Riedel

 


Accueil Le Rêve Christiane RIEDEL Les Livres AIIRVQ De Grands Rêves