CONSIDERATIONs A PROPOS DE L'OBJET DE L'ACADEMIE

 

1) La culture de l’âme

Les rêves sont le discours de l’âme qui nous parle pendant notre sommeil. Le sommeil constitue la moitié de notre vie et les hommes de notre société ne s’occupent pas de la moitié de leur vie. Au sujet de l’âme, notre société s’avère inculte à un degré effrayant. Le but de l’Ailleurs Vécu est de tenter de remédier à ce manque préjudiciable qui fait des êtres des demi-humains, borgnes et boiteux qui s’ignorent et qui ne connaissent pas leur totale dimension. L’Académie cherche donc à tout mettre en œuvre pour rendre au rêve sa valeur méprisée, négligée, oubliée, de rendre au monde intérieur appelé l’inconscient, qui s’exprime par les rêves, sa dimension spirituelle inséparable de sa dimension thérapeutique. Comme l’a déclaré le psychiatre Carl Gustav Jung, qui a passé sa vie à étudier les rêves de ses patients : « Nul n’est guéri s’il n’a retrouvé une position religieuse. »

2) « Religio »

Le terme "Religio" signifie contemplation et consécration Il convient de préciser que cette position religieuse ne signifie pas le rattachement à une église ou une secte avec l’obéissance à une autorité extérieure instituée. Comme le disaient les anciens dans l’Antiquité et comme le montre l’expérience avec les rêves, l’âme possède naturellement une fonction religieuse. L’âme produit des images de la divinité. Ces images décrivent des facteurs inconnaissables en soi et invitent à leur contemplation et leur prise de conscience. Chaque être possède ainsi en lui même une relation personnelle avec la force divine qui l’habite, mais il en a souvent perdu le contact et n’en fait pas ou ne veut pas en faire l’expérience. Comme le montre encore l’expérience avec les rêves, les rêves rétablissent cette relation intérieure naturelle, ils sont à la base de l’expérience religieuse naturelle, personnelle, autonome. « Celui qui ne sait pas cela par expérience personnelle n’a pas la moindre idée de ce qu’est la religion et encore moins de ce qu’est l’éducation des hommes. » (C G JUNG) Cette position religieuse à laquelle les rêves conduisent est une position de contemplation intérieure qui met en relation avec la divinité, une position où l’être se retrouve libre, indépendant, capable de parcourir les chemins de la vie dans l’autonomie. L’Académie redonne sa dignité à l’interprétation des rêves, qui permet à chacun de faire personnellement l’expérience que le rêve est l’expression de la force divine en lui, elle redonne aux rêves cette dignité que nos ancêtres leur accordaient, qu’ils adorent un dieu qui s’appelle Yahvé, Zeus, Christ ou Allah, pour ne citer qu’eux parmi les multiples figures divines de l’humanité, qui sont sur le plan humain les manifestations sensibles et limitées d’un inconnu insaisissable dont on ne peut rien dire en soi.

 

Contacter Christiane Riedel

 


Accueil AIIRVQ Historique Vocation Consultations Formation Recherche